C’est quoi ces conneries ?

Cet article aurait aussi pu s’appeler :

–          « Être malade au Québec ? Quelle drôle d’idée ! »

ou bien

« J’ai testé pour vous… le système de santé québécois ! »

Je m’excuse au préalable auprès de mes amis québécois de ce qui va suivre. A savoir la plainte d’une française exigeante et grincheuse qui critique votre belle province. Oui, je vais critiquer votre province et j’en suis désolée, j’aurais aimé ne pas avoir à le faire. Au fond, vous serez peut-être d’accord avec moi, chers québécois, et cela ne m’empêche pas de savourer chaque moment passé chez vous à découvrir vos us et coutumes ainsi que vos paysages si magnifiques ! Peace and love !

Être malade en général c’est assez pénible. Mais être malade au Québec m’apparaît aussi comme angoissant. Le système de santé ici me fait froid dans le dos et, il faut bien le dire, me révolte.

Je commence par le commencement : trouver un médecin généraliste ou un médecin de famille. Autant dire que trouver un adaptateur de prise Tombouctou-Québec est presque plus facile ! Chanceux sont les québécois à avoir un médecin de famille, soit parce qu’ils ont été sur une liste d’attente et ont fini par être « sélectionnés », soit parce qu’un membre de leur famille a déjà un médecin, soit parce qu’un ami est médecin, soit parce qu’ils habitent ici depuis toujours et qu’à force ils ont fini par en trouver un. Si tu n’es pas dans ce cas, démerde-toi ! Mets-toi sur une liste d’attente et peut-être que dans des années tu pourras avoir un médecin.

Qui plus est, le médecin généraliste est surbooké. Il ne prend généralement plus de nouveaux patients car sa clientèle l’occupe déjà à plein temps. S’il ne veut pas se tuer au travail, il n’accepte plus de nouveaux patients passé un certain stade. Enfin, pour avoir un rendez-vous avec lui, il faut compter environ 3 mois. C’est vrai que quand tu attrapes une gastro, attendre trois mois ça se fait les doigts dans le nez !

Si tu as la chance d’avoir un médecin, mais que tu as attrapé une vilaine grippe et que tu dois être traité urgemment, il faut te rendre dans une clinique où tu pourras éventuellement être soigné s’il n’y a pas déjà trop de monde qui attend. Sinon tu prends un ticket à l’accueil (comme à la poissonnerie), ton mal en patience et tu patientes dans la salle d’attente avec tous les autres porteurs de microbes ! La prochaine fois que je suis malade, je penserai à emmener mon livre, mon ordinateur, ma Game Boy et mon tricot pour patienter.

Si tu n’as pas de médecin de famille et que tu te rends dans une clinique, tu ne peux pas prendre de rendez-vous et tu n’existes pas. Ou presque pas. Tu essaies de te rendre dans plusieurs cliniques sans rendez-vous dès l’ouverture. Si tu as de la chance, il y en aura une qui aura de la place. Sinon tu rentres chez toi et tu recommences le lendemain.

Si tout ça te gonfle, que tu es véritablement malade, que tu as un travail et que tu n’as pas que ça à faire que de courir la ville avec tes 40° de fièvre et/ou tes ennuis intestinaux, tu te rends aux urgences. Aller aux urgences pour une gastro ou une grippe continue d’engorger ce système déjà complètement saturé. Les mourants, fractures ouvertes, accidents de voiture et autres te passent devant. Forcément. Et c’est normal. Tu devras donc attendre 8h, 10h, 12h avant de pouvoir avoir ton ordonnance. Et bien sûr, tu paieras probablement tes médicaments si tu n’as pas d’assurance médicaments.

Enfin si tu as besoin d’aller voir un spécialiste, il est fort possible qu’il n’y en ait pas dans ta ville. Un petit aller-retour à Montréal ou à Québec pour aller chez le dermato, c’est sympathique et ça fait voir du pays. Et puis, s’il faut 3 mois de délai pour aller chez le médecin de famille, je ne préfère pas imaginer celui pour aller chez le dermatologue.

Finalement, je me suis fait la réflexion que soigner son animal de compagnie au Québec s’avère bien plus aisé que se soigner soi-même. Inhumain ? Je trouve que oui.

Néanmoins, je nuance mes propos de jeune française révoltée pour aborder les points « positifs » de ce système.

Ici les infirmières ont souvent un diplôme universitaire et peuvent te délivrer des médicaments sans avoir à remuer ciel et terre pour trouver un médecin.

Ici le personnel de santé est, somme toute, très gentil et très accueillant. J’ai pour ma part reçu un excellent accueil. Le personnel était très compétent et compréhensif à mon égard.

Le médecin de famille te reçoit pendant au moins une heure dans son cabinet et aborde tous les aspects de ta vie : travail, stress, alcool, tabac, drogue, sexe, couple, enfants, etc.

Lorsque tu es « vraiment » malade ou potentiellement atteint d’une maladie sérieuse, on te passe au scanner (et c’est le cas de le dire). En trois semaines tu peux avoir fait : échographie, scanner, IRM et j’en passe ; afin de s’assurer que rien n’est grave ou, le cas échéant, de te fournir un traitement le plus rapidement possible.

Il y a probablement d’autres points positifs que je ne connais pas et aussi d’autres points négatifs que je ne connais pas. Un nouveau ministre de la santé a été nommé il y a peu dans le gouvernement de Mme Marois. La tâche qui lui incombe est immense mais dans une telle situation, chaque petit pas en avant compte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s