Moi j’ai déjà tiré un bus, et toi ?

Comme je vous le signalais récemment dans cet article, j’ai participé en tant que membre du comité organisateur au Défi des Titans qui a eu lieu le samedi 14 septembre 2013 à Sherbrooke.

Je tenais simplement à annoncer le chouette bilan que nous pouvons faire de cette demi-journée. Nous avons récolté grâce aux efforts de tous les participants et toutes les personnes présentes la somme de 21 000 $ qui ira à l’organisme Jeunesse J’écoute.

Ce fût une très, très belle expérience malgré les 8°C et la pluie qui a, heureusement, cessé peu de temps après le début de l’évènement. Les participants étaient en pleine forme, de bonne humeur et plein d’énergie positive ! A la fin, j’en ai entendu beaucoup dire  » on reviendra l’année prochaine  » et ça c’est vraiment une belle récompense.

Adrien a rejoint une équipe au pied levé pour participer. Il peut donc aujourd’hui fièrement dire qu’il a déjà tiré un autobus au moins une fois dans sa vie !

Voici quelques photos de l’évènement. Il y en a plus sur le Facebook du Défi des Titans.

1233598_522895647791234_945630732_n
1237996_522892417791557_1502460686_n
1238160_522895561124576_1533303013_n
1255527_522891034458362_1169798013_n

Newport beach, baby !

Samedi prochain je vais courir le relais du lac Memphrémagog. C’est une couse de 117 km que nous faisons à 6 ! J’ai bien hâte de voir ce que ça va donner. Je dois courir 23,2 km pour ma part mais en trois fois, soit environ 8 km à chaque fois avec 2 h 30 de répit entre chaque. Je n’ai jamais fait de relais et je n’ai jamais couru en plusieurs fois avec des pauses entre chaque donc c’est une véritable première expérience.

Cette course se déroule à la fois au Canada et aux États-Unis puisque le lac traverse la frontière. Les canadiens peuvent passer la frontière aisément en montrant simplement leur passeport. Les européens doivent procéder à plus de démarches. Je me suis donc rendue à la frontière samedi dernier pour vérifier que tout était bien en règle afin de ne pas être recalée au premier checkpoint de la course.

La frontière n’est vraiment pas loin de Sherbrooke alors nous avons juste fait l’aller-retour. Le douanier américain était très aimable, il nous a même parlé français mais il a dit qu’il fallait que nous passions vraiment la frontière, alors il nous a envoyé boire une « cup of coffee » à Newport, le premier bled venu ! J’ai donc immédiatement blagué en appelant ce bled  » Newport Beach  » en référence à la série télévisée que je n’ai jamais regardée, j’ai juste de la mémoire pour les choses inutiles.

Arrivés à Newport Beach, on s’imaginait déjà devoir manger un hamburger de chez Mac Do ou un sandwich au pepperoni rose fluo ou au jambon façon babine de chien comme seuls les américains savent les faire. Mais que nenni ! Dans le supermarché de Newport, nous avons trouvé un BAR À SALADES ! Oui, oui, en Amérique, un véritable bar à salades avec des CRUDITÉS ! On s’est donc servi généreusement en concombres, tomates cerises, roquette (oui, oui avez bien lu roquette), salade de pâtes et piémontaise. Et c’est là que le bas blesse. Car une fois assis dehors, près du lac (Newport Beach porte bien son nom), à l’arrière du supermarché, on a découvert notre erreur. Les salades de pâtes et la piémontaise étaient assaisonnées de sauces toutes plus étranges les unes que les autres. C’est bien simple, Adrien en bon gourmet avait pris de la vinaigrette au vinaigre de framboise qui avait goût de Teisseire framboise et mes pâtes étaient enrobées d’une sauce gélatineuse au goût de Coca… ou un truc sucré et caramélisé en tout cas.

Bref, ça nous a pas coûté cher du tout mais c’était dégueu.

Alors merci Newport, merci le lobby du sucre.

Pour contrecarrer cette malheureuse expérience, Adrien a quand même vite fait remonter le curseur de la bonne humeur au moment de retourner en territoire canadien. Il arrête la voiture devant la fenêtre du douanier, il donne nos passeports, le douanier pose les questions habituelles et à celle de savoir où nous sommes allés aux États-Unis, Adrien répond direct :  » À Newport Beach !  »

Magnifique.

Le douanier a bien ri et moi aussi.

Quand on vous dit que c'était pas bon...

Quand on vous dit que c’était pas bon…


L'objet du crime.

L’objet du crime.


Newport beach, donc.

Newport beach, donc.


IMG_6356

C’est quand qu’on mange ?

Salut à tous,

aujourd’hui je vous informe que j’ai été contactée par le site restoenligne.com pour rédiger des chroniques sur les restaurants que j’ai découvert au Québec.

Le site souhaite avoir mon point de vue d’européenne sur la gastronomie québécoise!

 

Ma première chronique est en ligne ici.

Il y en aura d’autres, je placerai les liens sur le blog.

 

Bon appétit!

Pas grand chose à dire

Pas grand-chose à dire

Et tellement sur le cœur.

Toi l’immigré, le sans papier, le basané,

Toi la petite frappe, le bandit, le renégat,

Toi l’honnête homme, le politique, le bien-pensant,

J’aime tout de toi, mais surtout j’aime ta couleur vibrante,

Celle que tu donnes à mon pays.

Je n’ai pas grand-chose à dire de ces manifestations de haine qui secouent mon pays, tu sais, cet État de droit, cet État laïc, cet État qui accueille. Le pays des droits de l’Homme, tu te souviens ? Le pays des droits de tous : du noir, du blanc, de l’arabe, du musulman, du croate, du serbe, du coréen, du pakistanais, du tzigane, du protestant, du bisexuel, du toxicomane, du sadomasochiste, du nationaliste, du socialiste, et surtout le pays du droit à la rédemption. Tu te souviens cet article que tu as volé une fois dans un magasin ? Tu te souviens de cet homme que tu as frappé un jour parce que tu avais trop bu ? Tu te souviens de la fois où tu as conduit avec deux verres de trop ? Tu te souviens de la fois où tu as insulté une femme ? Tu te souviens du jour où tu n’as rien fait face à une bagarre qui débutait ? Tu te souviens des fois où tu dépasses les bornes simplement, parce que, comme tout le monde, tu es humain ? Souviens-t’en de ces fois-là. Personne ne peut dire qu’il n’ira jamais devant la justice, pas même toi. Et si jamais ton tour arrive, tu seras bien content qu’il soit là, l’État de droit.

Devant ces clichés,

J’ai bien pensé argumenter,

Mais finalement, comme bien souvent, le silence me hante.

Pis sinon, à quoi t’occupes tes soirées ?

Depuis désormais un an que nous sommes installés à Sherbrooke, je ne compte plus les fois où j’ai été sollicitée pour faire un don à une œuvre caritative ou participer à une activité de financement. Je suis obligée de refuser certaines propositions car bon, j’adore être généreuse et aider les autres, mais on n’est pas Rothschild non plus ! Et il faut aussi choisir sa cause.

En septembre c’est la lutte contre le cancer du sein, en novembre il y a le movember contre les maladies masculine, en décembre c’est au tour de la guignolée des médias, etc.; etc. Je trouve ça super, toute cette mobilisation, toutes ces activités et l’implication des québécois pour des causes aussi variées que les maladies orphelines, la prévention du suicide, la lutte contre l’homophobie, la promotion de l’économie locale, le développement culturel, etc.

Depuis quelques mois avec une super équipe de bénévoles, j’aide à organiser le Défi des Titans. C’est une compétition lors de laquelle des équipes de dix personnes (composées d’au moins deux femmes) tirent un autobus de 17 tonnes. Les fonds récoltés dans le cadre de cette compétition amicale et familiale sont remis à Jeunesse J’écoute, un organisme qui intervient par téléphone et par chat (celui où tu parles avec quelqu’un par Internet, pas celui à qui tu donnes des croquettes) auprès des jeunes de façon gratuite, anonyme et confidentielle. Samedi, c’est la deuxième édition de l’évènement. Une catégorie force extrême a été ajoutée à la compétition cette année. Ce sont, en partie, des gros balèzes qui vont tirer l’autobus. Comme quoi les gros balèzes ont un cœur : ils donnent des sous pour les jeunes en situation de détresse !

Toronto – jour 2

Voici les photos de notre deuxième journée à Toronto.

Nous avons commencé par une promenade dans le Discovery District, non loin de l’université. Puis nous avons découvert Chinatown : grouillante de monde, de petits marchands, de fruits exotiques, d’étalages de fruits de mer, de boutiques d’objets kitsch, etc. Une vraie ville au cœur de la ville.

Nous avons terminé notre visite par le Kensignton Market : quartier branché où bobos et hipsters se côtoient et apprécient l’ambiance et les jolies terrasses.

Nous en avons profité pour boire un coup car la chaleur était écrasante ce jour-là.

DSC_0179 DSC_0180 DSC_0178 DSC_0184 DSC_0186 DSC_0188 DSC_0189 DSC_0192

DSC_0194
On trouve de beaux chapeaux à Chinatown !
DSC_0204

De très beaux chapeaux, même !

DSC_0201 DSC_0202 DSC_0203 DSC_0206

DSC_0210

Petite Zoé nous attendait chez Valérie. Une véritable crème et douce comme une peluche !

Nous avons ensuite retrouvé Valérie, la marraine d’Adrien dans sa jolie maison d’un quartier situé au nord de Toronto. Nous y avons passé le reste du week-end avant de reprendre la route pour Sherbrooke. Les 300 derniers kilomètres furent vraiment longs. Passé la frontière Ontario-Québec nous avons commencé à apercevoir des orages. En consultant la météo, nous avons appris que cet orage partait d’Ottawa et se déplaçait vers la Gaspésie. Nous étions donc en plein dedans durant trois heures. Les cent derniers kilomètres se sont faits entre 50 et 70 km / h sur l’autoroute. Je n’avais jamais vu autant de pluie sur la route. Des barrages de police nous faisaient parfois prendre la bande d’arrêt d’urgence car l’autoroute était inondée. Nous avions deux personnes en covoiturage qui se sont montrées très patientes et décontractées. Et c’est sains et saufs que nous sommes rentrés. Dans ces cas là, « lentement mais sûrement » est la devise à suivre !

IMG-20130902-00013

Histoire de bien terminer le week-end !