La vanille française et autres spécialités…

Il y a quelque chose qui me surprend et m’amuse beaucoup, c’est l’attribution à la France de choses pas du tout françaises ou en tout cas, pas 100 % frenchy. Des choses, qu’en France on ne qualifie même pas de  » françaises « .

Par exemple, au Québec, pour les grosses cerises très foncées on peut parler de cerises  » françaises « .

fq-cerises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi la vanille française, sorte de café très sucré qui se vend dans toutes les chaînes de café et / ou restauration rapide ici. A vrai dire, je n’ai toujours pas bien compris la référence. Est-ce en rapport avec la Polynésie française où il doit probablement pousser plus de vanille qu’à Dunkerque ? Honnêtement, je ne sais pas !

Même Nescafé s'y met !

Même Nescafé s’y met !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons à la coiffure maintenant, univers qui fait beaucoup référence à la France.
Il existe le chignon français qui, en France, s’apparenterait plutôt à ce qu’on appelle un chignon banane. Banane, français, chacun son appellation. J’ai peur d’y voir une insulte quelque part là-dedans donc je préfère ne pas chercher d’explication.

On parle aussi ici de tresse française, qu’on nomme tresse indienne voire tresse africaine dans l’hexagone.

Marrant non ?!

C’est quoi cette histoire avec l’hiver ?

Attention cet article a parfois un peu tendance à exagérer. On a essayé de l’en empêcher, mais c’était très difficile.

L’hiver.

Vaste sujet au Québec, si ce n’est le principal.

Nuits et jours, été comme hiver, matin comme après-midi, à Montréal ou à Matane, l’hiver est dans toutes les bouches et dans toutes les conversations quasiment 365 jours par année, si ce n’est plus ! (Comment ça, c’est pas possible ?)

Bon, en fait, j’exagère. Quand vient l’été, le sujet de l’hiver disparaît un peu. Par exemple, au lieu d’entendre parler de neige et de froid, on entend dire  » Que c’est agréable ce soleil ! »,  » Qu’est-ce qu’il fait chaud ! « ,  » Que je me sens bien quand les beaux jours arrivent « ,  » Et dire que dans 2 mois ce sera de nouveau l’hiver « . Finalement, on y revient toujours, indéniablement.

Parce que l’hiver, c’est vrai que pour nous autres, européens ça occupe une très grande place dans le calendrier québécois. Disons que, clairement, du 15 octobre au 15 avril on peut considérer que c’est l’hiver, au sens où on l’entend à Paris, à Bruxelles ou à Londres. (Quoi que pour Londres, j’ai plus de doutes.)

L’année dernière nous avons atterri le 17 août 2012 à Montréal. Et je pense que le 18, déjà, on nous parlait de l’hiver québécois. Lorsque nous répondions  » oui  » à la question :  » Est-ce que vous allez vivre votre premier hiver au Québec ? « , je lisais sur les visages de mes interlocuteurs un mélange de stupeur et d’angoisse (et de sadisme un peu aussi). Finalement on a tenu le coup avec un bilan post hivernal affichant : une bronchite, deux chutes sur le verglas (et donc deux hématomes), un risque d’engelure au ski, presque 1 000 $ de budget vêtements d’hiver (oups) et la mort de ma fourrure de capuche que j’ai, par mégarde, passée au sèche-linge (re-oups). Pas si mal, finalement.

Lorsqu’il s’agit de l’hiver on entend tout et son contraire. Certains sont très optimistes :  » Mais non, si tu es bien habillé tout se passe bien ! « , certains sont pessimistes  » pfff et ça va encore durer 4 mois comme ça « , certains sont naïfs :  » Toi t’as jamais de neige dans ton pays, ça doit être trop bizarre pour toi d’être ici !  » et il y a aussi ceux qui sont de mauvaise foi. Ceux-là, quand ils te parlent de l’hiver passé te disent :  » Non mais l’année dernière, c’était pas un vrai hiver, on n’a pas eu de neige ni de période de froid.  » Ceux-là même, 4 mois plus tôt, faisaient moins les marioles quand il fallait déneiger la voiture.

Bref, au sujet de l’hiver on entend tout et n’importe quoi. D’ailleurs, même la météo y perd son latin. D’un site à l’autre on peut lire des températures variant presque d’une dizaine de degrés pour la même région et pour la même journée.

En deux mots, face à l’hiver, soyons fatalistes. Nous n’y pouvons rien, faisons avec et amusons-nous de ces aléas météorologiques et de ces chutes sur le verglas !

Sur ce, voici une petite vidéo d’un jeune youtubeur québécois qui m’a bien fait rire.

Ouh c’est froid, ouh c’est chaud !

Après une rentrée sur les chapeaux de roue et un mois d’octobre plutôt chargé pour nous deux, il était temps de prendre un petit peu de temps pour nous et de nous détendre. Samedi dernier nous avons passé la journée au Spa Eastmann à environ 30 minutes de Sherbrooke. Récemment, ce spa a été proclamé un des dix meilleurs au monde. En effet, Eastmann est un très joli village situé près du lac d’Argent tout aussi joli. Le spa offre plusieurs forfaits avec possibilité d’hébergement.

Nous sommes arrivés à 10 h et nous avions pris l’option massage : une heure de détente dont on sort sur un petit nuage.

Puis nous avons testé l’ensemble des bains chauds et froids, saunas, hammams, piscines etc. Une journée parfaite ! L’expérience a eu son petit côté nordique puisqu’il faisait 0°C ce jour là. Nous sortions donc dehors en maillot de bain pour plonger dans l’eau chaude, puis ressortir dans le froid, et ainsi de suite. Il y avait aussi possibilité de se plonger dans un étang naturel mais la température de celui-ci devait être d’environ 5°C. Hors de question pour nous, donc. Nous avons cependant testé les bains polaires (11°C) dans lequel il faut marcher ou se plonger après le hammam. Il faut faire preuve de courage au spa, mine de rien !

C’est tout revigorés que nous sommes rentrés à la maison le soir. Heureux de notre journée en amoureux et revivifiés !

IMG_6458
IMG_6456
IMG_6463IMG_6455IMG_6452

Retrouvez ma chronique sur http://www.restoenligne.com à propos du restaurant du Spa.
http://restoenligne.com/Reviews/Show/spa-eastman-mangeons-sain-mangeons-simple

Mais qui c’est qu’a éteint la lumière ?

La semaine dernière, nous avons changé d’heure. Nous changeons une semaine après la France. Par conséquent, l’espace de 7 jours, nous n’avons plus que 5 heures de décalage horaire. Croyez-moi, cette semaine de plus à l’heure d’été n’est clairement pas du luxe. Chaque année, je commence tout juste à me faire à l’heure d’hiver qu’il faut déjà repasser à l’heure d’été. Non pas que ce décalage horaire d’une heure bouleverse mon horloge biologique, non, faudrait voir à pas déconner non plus.
Mais simplement je ne m’y fais pas. Constater que le soleil se couche à 16 h 26 un jour comme aujourd’hui, le 6 novembre, ça me plombe.

16h26 !!! C’est l’heure du goûter, le milieu de l’après-midi, la fin de la sieste,…

Imaginez à quelle heure il fera nuit en décembre… Quelque chose comme 15 h 30. Et les jours où il fera moche, ben, y’aura pas de jour du tout. En même temps, je le comprends le soleil, si c’est pour se lever à 8 h, se recoucher à 15 h et rester caché par les nuages le reste du temps, autant pas se lever du tout.

Quoi qu’il en soit, avant ce morose et sombre mois de novembre nous avons eu le droit, durant deux à trois semaines, à une belle panoplie de couleurs.

Voyez par vous même !

DSC_0776

DSC_0762
DSC_0766
DSC_0773
P1060024
DSC_0758
DSC_0768

Photos prises par mon Papa et ma Maman lors de leur dernière visite.