La fin de semaine au chalet

Habitude très largement répandue au Québec : passer quelques jours, un week-end ou des vacances au chalet. Certains ont des chalets « de famille », légués par les grands-parents ou les parents. D’autres les louent pour deux jours ou plus entre amis ou en famille.

Il y a dix jours nous étions au chalet avec nos amis québécois (et un français !) à Racine, un joli village près de Sherbrooke. C’était l’occasion de tous se retrouver pour passer deux jours ensemble perdus au milieu du bois !

Nous avons pu apprendre les règles du tarot à la québécoise et découvrir la coinche (sorte de belote dont j’ai déjà oublié les règles). Moi qui ne joue jamais, j’ai pu faire le plein de jeux de société et j’ai probablement atteint, en deux jours, mon quota pour un an !

Nous avons également bien mangé et bien bu. Le 28 février à minuit, nous terminions notre défi 28 jours sans alcool relevé avec brio ! (avec qui ?) Nous avons aussi fait une sortie qui s’est avérée chaotique et enneigée pour ceux qui n’avaient pas de raquettes.

Nous avons pu expérimenter le sauna amérindien. Cela consiste à creuser un grand trou dans la neige d’une profondeur d’environ 1m. Il faut ensuite faire chauffer des pierres dans un feu pendant plusieurs heures puis les placer dans un saut (en métal, parce qu’en plastique c’est moins pratique) et se faufiler dans le trou préalablement recouvert d’une bâche. On s’accroupit en maillot dans la neige et on verse de l’eau sur les pierres. Tada ! Ça fait un sauna ! Évidemment, l’épisode de déshabillage et de rhabillage dehors en pleine nuit dans la neige est moins agréable mais l’expérience était très, très chouette et je le referais avec plaisir !

Terminons par un peu de culture générale pour les français qui nous lisent. Il existe au Québec l’expression « sauf une fois au chalet », qui est très connue et répandue. Elle est tirée d’un événement malheureux. Il s’agit d’un homme accusé d’inceste sur ses filles. Au moment de son procès, il avait 93 ans et a déclaré aux médias, à la sortie du tribunal : « je n’ai jamais touché à mes filles, excepté une fois au chalet. » L’expression a alors été reprise et parodiée de très nombreuses fois et fait partie de la culture populaire. Elle est également parfois employée pour faire rire ou pour nier quelque chose en sachant pertinemment que les autres nous savent coupable.

Merci à Mathieu pour les photos.

Un puzzle ou un "casse-tête" comme disent nos amis québécois 1 000 pièces terminé durant le week-end.

Un puzzle ou un « casse-tête » comme disent nos amis québécois 1 000 pièces terminé durant le week-end !

J'ai aussi eu le temps de poursuivre la lecture de mon livre; Chose que je fais malheureusement rarement à la maison.

J’ai aussi eu le temps de poursuivre la lecture de mon livre. Chose que je fais malheureusement rarement à la maison.

Adrien ne sait pas encore que j'ai publié cette photo, il le découvrira un jour. Profitez-en avant qu'il ne la censure ! ;)

Adrien ne sait pas encore que j’ai publié cette photo, il le découvrira un jour. Profitez-en avant qu’il ne la censure ! 😉

Publicités

4 réflexions au sujet de « La fin de semaine au chalet »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s