Les dessous de Palm Beach

Vous en avez assez de nos photos de lacs et de sapins ? Vous ne pouvez plus voir nos visages pâles et cernés en peinture ? Vous désertez notre blogue qui vous donne envie de vous mettre sous la couette et d’hiberner ? Et bien, aujourd’hui nous devrions avoir quelques photos qui vont vous faire changer d’avis et, peut-être même, vous rendre un peu jaloux !

Il y a deux semaines, nous décollions pour la Floride afin de passer une semaine de vacances au soleil, à la plage avec pour seule ombre celle des palmiers. Ici quand les québécois partent en Floride, à Cuba, à Punta Cana ou autre, ils disent qu’ils « partent dans le sud ». Ça me fait toujours sourire parce que moi j’imagine plutôt Palavas-les-flots, Cassis, Six-Fours ou Bormes-les-mimosas quand on me dit « je vais dans le sud ». Du coup on s’est dit que tant qu’à être sur le continent américain, autant choisir Miami plutôt que Cagnes-sur-mer pour nos vacances.

Suite à un hiver québécois long et frette, suite à un printemps québécois proche de l’hiver français, les agences de voyage ont connu, cette année, un succès fou. Les demandes des clients en manque de vitamine D ont afflué. Tous désireux d’aller recharger leurs batteries au soleil.

La Floride est un endroit dépaysant, aux paysages à la fois magnifiques et artificiels selon l’endroit. Dans cet état américain se concentre une richesse parfois démesurée que l’on constate aisément à la grosseur des maisons, des yachts et des voitures. A la fin de la semaine on ne s’étonne plus de croiser une Porsche ou une Maserati. C’est, d’une part, l’Amérique du rêve, des stars et des buildings en bord de mer. C’est aussi celle du surf, de la douceur de vivre, d’une faune et d’une flore luxuriante.

Nous avons découvert cet endroit avec nos yeux d’européens curieux et constamment surpris de la hauteur des immeubles, de la clarté de l’eau, du nombre de palmiers au mètre carré. Je l’ai aussi découvert avec mes yeux cyniques et mon regard critique envers cette Amérique parfois superficielle, pollueuse, procédurière et inégalitaire. Mais nous avons été ravis de cette semaine pleine de vitamine D et de barbotages !

 

Un lundi au soleil à Delray Beach.

Un lundi au soleil à Delray Beach.

DSC_0416

"Sunshine state" comme devise d'état. Un peu plus véridique que le fameux "live free or die" du New-Hampshire.

« Sunshine state » comme devise d’état. Un peu plus véridique que le fameux « live free or die » du New-Hampshire.

Palm Beach

Palm Beach

DSC_0460

Le musée Flagler, un des pères fondateur de Miami et de Palm Beach. Ex-propriétaire de la Florida East Coast Railway.

DSC_0476

Deerfield beach

DSC_0494

Boynton Beach

DSC_0500

Boynton Beach

DSC_0530

Miami

DSC_0541

Miami

DSC_0546

Miami beach

DSC_0547

Miami beach

DSC_0568

Flamand du zoo de Palm Beach.

DSC_0612

Les américains, seuls capables de te servir du crabe dans du pain à hamburger avec des frites… Mais c’était bon quand même !

DSC_0444DSC_0423 DSC_0440 DSC_0462 DSC_0467 DSC_0469 DSC_0481 DSC_0484 DSC_0488 DSC_0503 DSC_0529 DSC_0549 DSC_0587 DSC_0596 DSC_0600 DSC_0601 DSC_0608

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les dessous de Palm Beach »

  1. C’est vrai que vous êtes un peu pâles !!!! mais je vous comprends, le soleil, ça recharge bien les batteries ! depuis que je suis revenue en France, j’ai froid !!!!!!! on s’y fait bien aux 30 degrés quotidiens, voire plus ! Comment allez vous supporter le retour au froid ???? je vous embrasse, et vive le soleil !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s