La schizophrénie québécoise

J’appelle schizophrénie québécoise les changements radicaux d’habitudes de vie entre l’hiver et l’été.

Vivre au Québec c’est avoir deux vies différentes dans une année. Une première vie où tu ne sors que de temps en temps, où tu mets du temps à t’habiller, où tu traînes un peu les pieds avant de sortir, où tu as envie de te coucher à 19 h car il fait déjà nuit depuis trois heures. C’est aussi une vie pendant laquelle la nature s’endort, les lacs gèlent et se recouvrent d’une belle couche blanche.

Puis vient le temps des feuilles dans les arbres, des bières en terrasse, des festivals et des shorts. On pourrait même parler du festival du short ! Les jeunes filles ont une propension énorme à porter le short ici. Pour tout vous dire, c’est surtout Adrien qui me l’a fait remarquer. Je ne sais pas si je dois y voir une forme de reluquage de cuisses de sa part ou bien la volonté que j’en porte plus moi-même; quoi qu’il en soit le short est toujours très à la mode ici, à l’aube de notre troisième période estivale passée à Sherbrooke.

Cette schizophrénie concerne donc tout le monde, y compris Dame Nature. Un coup le lac est gelé sur des mètres de profondeur, un mois après il fond et deux mois plus tard on s’y baigne. Cette transition est d’autant plus incroyable qu’elle est rapide.

Le premier dimanche de juin nous avons donc rejoint nos amis Yoann et Aurélie qui viennent d’acheter une maison au bord du lac Magog pour une session de paddle. Au grand dam de nos amis nous ne sommes pas tombés dans l’eau. De toute façon ça n’aurait pas été très grave puisque l’eau est déjà à 19 ou 20°C. Incroyable mais vrai !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
PS : toi non plus tu ne t’attendais pas à voir des photos de paddle dans un article intitulé de la sorte?!

Publicités

Un petit tour au centro

Il y a peu, j’ai été sollicitée par mon travail pour parcourir le centre-ville et y prendre des photos. Comme je suis quelqu’un d’extrêmement prévoyant et organisé (ahem), j’ai conservé ces photos et me suis dit qu’un petit article sur le centre-ville de Sherbrooke s’imposait.

Pour vous parler franchement, les trois premiers jours de notre arrivée à Sherbrooke nous avons cherché le centre-ville alors même que nous nous y trouvions. Mais ce n’est pas parce que nous sommes débiles. J’ai parlé avec bon nombre de français depuis et ils ont eu la même réaction les trois premiers jours. Puis, quand j’ai constaté qu’il n’y avait ni Sephora, ni Mango, ni Zara j’ai eu envie de pleurer. Mais rassurez-vous j’ai vite ravalé ma fièvre acheteuse et nous avons tous les deux ravalé notre conception européenne des centres-villes. Pour la faire simple, un centre-ville européen c’est rond, plein de cafés, plein de boutiques (comme Sephora, Mango ou Zara) et souvent plein de lignes de bus, tramway voire métro. Un centre-ville nord-américain est bien plus étalé, bien moins concentrique et bien moins achalandé. Nous avons dû nous y faire car nos imaginaires sont ceux d’européens et nous ne connaissions pas cet aménagement urbain.

(Je précise que j’ai volontairement utilisé le mot « achalandé » qui se dit beaucoup au Québec et qui semble ringard en France mais je n’ai pas trouvé de mot plus adéquat ici qui satisfasse de façon égale les deux principales nationalités lectrices de ce blog.)

Passés les trois jours de pleurs et de manque compulsif envers Sephora, Zara et Mango (!), j’ai appris à découvrir le centre-ville et à l’aimer. Et comme j’y travaille je le découvre tous les jours sous un autre aspect, je découvre des nouvelles boutiques et restos qui s’y implantent. Et les terrasses, au printemps et à l’été, y sont très agréables !

Voici donc quelques photos de notre centre-ville qui ne laisse jamais indifférent.

DSC_0633
DSC_0691

Au fond le séminaire de Sherbrooke, une institution d'enseignement privé.

Au fond le séminaire de Sherbrooke, une institution d’enseignement privé.

DSC_0666

La rue Wellington sud.

La rue Wellington sud.

DSC_0665
DSC_0687
DSC_0672
DSC_0649
DSC_0654
DSC_0655